L’ancien Premier ministre a expliqué devant la presse que cette démission survenait avant la séance inaugurale de l’Assemblée nationale prévue ce lundi, moins d’un mois après les élections législatives du 18 décembre. « 17 membres du gouvernement ont été élus sur 20 candidats. Selon une pratique politique de longue date, tous les députés élus doivent siéger à la séance inaugurale. Il y a une incompatibilité entre les fonctions de députés et de ministres », a-t-il poursuivi, évoquant l’article 84 de la nouvelle Constitution.

La nomination du vice-président attendue mardi

Alassane Ouattara a accepté la démission du Premier ministre et signé des décrets mettant fin aux fonctions du gouvernement ainsi qu’à celles des conseillers spéciaux à la présidence.

L’agenda politique des prochains jours s’annonce chargé. Alors qu’un remaniement est attendu cette semaine, les députés ivoiriens doivent élire ce lundi après-midi le prochain président de l’Assemblée nationale. Guillaume Soro, candidat à sa succession, part favori pour remporter le vote.

Alassane Ouattara doit par ailleurs procéder à la nomination du vice-président, un poste créé par la nouvelle Constitution. Selon les informations de Jeune Afrique, le chef de l’État a prévu de se rendre mardi à 10 heures à l’Assemblée nationale pour y faire une déclaration solennelle pendant laquelle il doit donner le nom de son futur dauphin constitutionnel.

Avec JA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here