Dans une déclaration rendue publique devant un parterre de journalistes, Saikou Yaya Diallo, porte-parole dudit front déclare : « après plus de deux mois de bataille pour marquer notre opposition au point 2 de l’accord politique du 12 Octobre 2016, le front national pour la défense des droits des citoyens se félicite de la non adoption du projet d’amendement du code électoral par l’assemblée nationale et attribue ce résultat au peuple de Guinée qui a démontré que c’est lui qui détient le pouvoir ».

Selon lui, en constituant ce front « notre ambition n’était nullement de faire la guerre à qui que ce soit mais nous voulions tout simplement que le peuple ouvre grandement les yeux face à un accord qui allait tuer tous les idéaux démocratiques et enterrer définitivement la décentralisation dans notre pays… Nous invitons la CENI au regard de ses compétences constitutionnelles à proposer le plus rapidement que possible une nouvelle date pour la tenue des élections communales, selon  l’accord politique de 2015. Car le mandat des délégations spéciales en cours est caduque », a souligné Saikou Yaya Diallo.

Par ces temps qui courent, ajoute-t-il ; « le pays vit une crise institutionnelle grave à cause de la politisation à outrance du débat et le manque de vision des acteurs politiques notamment certains leaders de l’opposition républicaine qui, au lieu de se battre pour des valeurs et des principes, passent le clair de leur temps à faire des compromis qui ne font que déplacer les crises au lieu de les résoudre », a précisé M. Diallo.

Par ailleurs, le front national de la défense du droit des citoyens a, à travers son porte-parole, interpellé toutes les forces patriotiques à se retrouver ensemble pour combattre toutes formes de confiscation des droits et libertés des guinéens.

Yahya  Drame

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here