Ce sont : la CGSL, COSATREG, UGTG, CGTG, CGFOG, UDTG, SIFOG, ULTG, UNTG et la SAECCG.
Pour elles, considérant entre autres, « la sourde oreille » du gouvernement àtravers le ministère en charge de la Fonction Publique face aux revendicationsliées à la nouvelle grille salariale, la non prise en compte des retraités par ledécret d’application de la nouvelle grille indiciaire, la distribution très tardive
des bulletins de paie du mois de novembre 2016 avec pour but d’empêcher labonne lecture de la malversation opérée par le ministère de la Fonction Publique, l’Unité d’action syndicale demande : L’arrêt de travail par les fonctionnaires, agents de l’Etat et agentscommunautaires à compter du 31 janvier 2017 jusqu’à régularisation dudécret D/301/PRG/SGG du 14 octobre 2016 portant application de la nouvellegrille indiciaire des fonctionnaires et contractuels permanant de l’administration publique.
Elle demande également, le maintien de la valeur monétaire du point indiciaire à 1030 pourles enseignants et 751 pour les autres corps, la conduite des audits indépendantsà l’INAMO, à la CNPSAE et du fichier général de l’Administration.
Partant, elle a lance un appel à la solidarité des tous les syndicats guinéens,africains et internationaux pour « le bonheur de la classe ouvrière guinéenne »

Jean Leforestier

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here