Ce premier discours devait ainsi donner des directions claires pour l’Organisation. Mais António Guterres s’en est tenu à des idées plutôt générales, qu’il avait déjà développées lors de sa prestation de serment. « La prévention des conflits doit être la priorité de l’ONU », affirme-t-il. L’Organisation passe aujourd’hui plus de temps à gérer les crises plutôt qu’à les prédire, estime António Guterres qui prône donc un changement de méthode.

La paix au premier plan

« Nous perdons beaucoup trop de temps et de ressources à répondre aux crises au lieu de les prévenir. Les populations payent un prix trop élevé. Les Etats membres payent un prix trop élevé. Nous avons besoin d’une toute nouvelle approche. Il s’avère très difficile de persuader les décideurs au niveau national et international que la prévention doit être leur priorité, peut-être parce que la prévention efficace n’attire pas l’attention : les caméras de télévision ne sont pas là lorsqu’une crise a été évitée. Beaucoup trop d’opportunités de prévention des conflits ont été perdues parce que les Etats membres doutaient des motivations des uns et des autres, et à cause d’inquiétudes concernant la souveraineté nationale. Ensemble, nous devons faire preuve de leadership et renforcer la crédibilité et l’autorité des Nations unies en mettant la paix au premier plan », a déclaré le nouveau secrétaire général de l’ONU.

Avec RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here