Cette rencontre, qualifiée par l’ambassadeur, d’amicale entre sa personne et des journalistes des médias guinéens, a été une occasion pour Hisanobu Hassama de faire mention des projets réalisés et d’autres en cours de réalisation, financés par le Japon.

Comme projets en cours de réalisation, il a cité le pont Kaka dans la préfecture de Coyah, la construction d’un centre de formation des formateurs des instituteurs à Mamou et le projet d’approvisionnement de la ville de Conakry en eau potable.

En terme de perspectives, le diplomate japonais a noté la signature d’un protocole d’accord avec une ONG basée à Kamsar pour la construction des hangars en faveur des mareyeuses de cette localité, la construction de 200 salles de classe à Conakry et la l’aménagement du port de pêche de Kaporo dans la commune de Ratoma.
L’ambassadeur a affirmé, que le Japon, à travers l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA), offre chaque année plus de 50 stages (formation), ajoutant que 300 cadres guinéens ont bénéficié de ces stages, ces deux dernières années.
«La particularité de la coopération japonaise, c’est que quand le gouvernement japonais finance un projet, il favorise la main d’œuvre locale, ce qui donne du coup, une chance aux guinéens de se qualifier au fil du temps, et réduire la nécessité de recourir aux compétences extérieures pour le développement de la Guinée», a indiqué l’ambassadeur.

Il a, en outre, signifié que la Guinée est reconnue comme un pays de paix, donc préserver cet acquis doit être un devoir de chacun et de tous.

Le diplomate Hisanobu Hasama et journalistes invités à cette occasion, se sont quittés sur une note de satisfaction dans l’espoir de se reprendre très bientôt, autour d’autres sujets d’ordre d’économique, social et culturel, basés sur des relations de coopération existant entre la Guinée et le Japon depuis 40 ans.
AGP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here