– Sept (07) personnes tuées, dont la plupart des jeunes à la fleur de l’âge ;
– Une centaine de blessés, dont (10) dix grièvement, et trois dans un état
critique.
– La destruction de commissariat;
– Des Incendies de voitures dont : une à Dabondy bafond et l’autre à Gbessia ;
– Des actes de vol commis par des hommes en uniforme et/ou des manifestants ;
– L’incendie d’un magasin à Kénien ;
– De Divers actes de vandalisme dont : des barricades érigés sur les routes,
des pneus brulés sur la voie publique, des grilles de séparation de l’autoroute arrachées, les espaces vert endommagés, des kiosques divers détruits, des cas de bagarre avec blessure, de l’huile de moteur déversée sur la voie publique, détention d’arme blanche, véhicules vandalisés,
– Des passants dépouillés de leurs biens à travers des barrages de fortunes payant érigés par endroit ;
– La destruction de panneaux publicitaires et des effigies diverses ;
– La destruction et le dépouillement d’une station au rond-point de
bambeto.
Il ressort de notre analyse, que les causes visibles d’aggravation de ces actes

inciviques sont liées entre autres:

Au déficit de communication entre les leaders syndicaux et l’Etat ;

– A la désinformation de la population ;
– A l’insuffisance et le sous équipement des forces de sécurité en moyen conventionnel de maintien d’ordre ;
– Au caractère spontané, non coordonné de la manifestation ;
– A l’utilisation d’armes à feu ;
– Aux frustrations latentes au niveau de la population ;
– A la faiblesse de l’autorité de l’Etat.
– L’amplification par les medias.
A cet égard, le CNOSCG :
Condamne fermement ces actes hautement inciviques et exige des autorités judiciaires, une enquête sérieuse en vue d’identifier, juger et condamner les auteurs, commanditaires et complices de ces actes ignobles.
Lance un appel aux parents d’élèves à plus de responsabilité dans l’encadrement de leurs enfants.
Invite l’Etat à plus d’autorité et de prendre toutes ses responsabilités pour l’encadrement et la gestion des manifestations sociales et politiques.
Le CNOSCG appuyé par le Forum national des jeunes de la société civile guinéenne, la Cellule balai citoyen, les parents d’élèves, a marqué sa présence pendant ces trois jours de manifestation:
Avant la manifestation:

– La mise en route d’une mission citoyenne d’Evaluation de la situation dans les quartiers à la veille des manifestations ;

– Appel au calme et à la retenue à l’ensemble des citoyens et notamment les parents d’élèves.
Pendant la manifestation

– L’intervention pour la libération des personnes arrêtées ;

– Le monitoring de la manifestation dans les cinq communes de Conakry ;
– La sensibilisation des manifestants en vue d’épargner certains édifices et des vies humaines ;
– La médiation entre les forces de l’ordre et les manifestants ;
– Les coups de main apportés aux personnes blessées et la facilitation du transport des corps…
En substance, après notre analyse, il est à noter que le mouvement du lundi était généralisé, spontané et très répressif, ce qui est une conséquence logique de l’incivisme aggravé et la faiblesse de l’autorité de l’Etat.
C’est pourquoi le CNSOC recommande :
– Au gouvernement et à son Excellence Monsieur le Président de la République, la prise de mesures urgentes pour le rétablissement de la  confiance entre citoyens et l’Etat :
o La mise en place d’un programme national de civisme avec l’appui de la société civile, des associations de parents d’élèves et des partenaires techniques : animations dans les écoles, quartiers et maisons de jeunes ;
o La mise en place des Conseils d’Administration dans toutes les écoles, comme soubassement du civisme et de la responsabilité ;
o Le renforcement des capacités techniques, institutionnelles et financières du Ministère en charge de la citoyenneté, des services en charge de l’Education civique, les organisations de la société civile et les APEAE…
o La finalisation du programme de réforme de l’Education et la mise en œuvre des conclusions de la commission.
Au Parents d’élèves :
Plus de responsabilité parentale dans l’encadrement des enfants et la reprise complète des cours pour éviter une année scolaire et universitaire bâclée ;
A la Société civile :
Les manifestations des 20 et 21 février 2017, ainsi que les évènements intervenus récemment à l’Assemblée Nationale dénotent d’une fragilité de la cohésion et de la synergie entre les OSC, qui sont les composantes de la Société Civile guinéenne. C’est pourquoi, le CNOSCG, leur exhortent à plus de
responsabilité et d’unité d’action dans la défense des droits des citoyens.
Pour matérialiser cette volonté de rompre avec cette politique de victimisation, le CNOSCG, avec l’appui de ses démembrements de Conakry, déclare la journée du dimanche 26 février 2017, journée spéciale de civisme dans la ville de Conakry. Cette initiative bâtie autour du slogan « Réveillons le civisme en
nous », vise à mobiliser les activistes de la société civile et autres volontaires pour débarrasser les axes principaux de la ville, des ordures et saletés posées par les manifestantsPour la réussite de cette journée, le CNOSCG, ses démembrements, organisations membres appellent à la contribution de tous et de toutes pour marquer définitivement les esprits par la marque citoyenne indélébile, sans
laquelle aucun développement durable n’est possible.
Encore beaucoup de civisme pour que vive la Nation !
Conakry le 24 février 2017

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here