Cellou et les petits complots : Du discours de Chicago au meurtre d’Amadou Oury Diallo de la section motards de l’UFDG

www.guinee24.com - - Politique

 

Le dimanche 17 Août 2014, Elhadj Cellou Dalein Diallo, Président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), un des Partis Politiques les plus importants de Guinée, a tenu un discours à Chicago aux Etats-Unis d’Amérique. Au cours de ce discours, le candidat malheureux des élections présidentielles de 2010 a prédit une guerre civile en cas de défaite aux élections de 2015 et au cours de laquelle, la communauté de la Basse Guinée serait disposée à le soutenir.

Les analyses les plus optimistes ont perçu le discours comme un acte de désespoir qui avait pour seul but de chasser sur les terres de Bah Oury, fondateur du Parti, qui travaille à éjecter Cellou Dalein de la tête du Parti. Ironie du sort, la succession d’évènements étranges qui se recoupent semble militer en faveur d’une interprétation plus alarmiste du discours : celle d’un discours annonciateur d’un vaste plan de déstabilisation de la Guinée, afin d’accéder au pouvoir par les moyens les plus odieux. Mais pourquoi ?

Parce que l’espoir d’une conquête du pouvoir par les urnes s’est fortement amincit du côté de l’UFDG. La fraude massive perpétrée par ce mouvement en 2010, semble quasi impossible en 2015, le système électoral s’étant fortement amélioré et la vigilance s’est accrue à tous les niveaux, y compris chez les représentant de la communauté internationale qui savent que la moindre erreur d’appréciation pourrait avoir des conséquences dramatiques sur l’évolution de la jeune Guinée démocratique. Les sources de financement de l’Ufdg ont considérablement tari, le principal bailleur de fonds, l’homme d’affaires Diallo Sadakhadji a pris ses distances avec le Parti, ce qui rend pratiquement impossible l’achat des consciences devant permettre de mobiliser les foules halpular afin d’offrir au Parti une majorité virtuelle susceptible de justifier la «fraude» au détriment de Cellou Dalein. Pour rejeter tout résultat favorable au pouvoir. Le leader de l’UFDG aurait reçu l’engagement de Benny Steinmetz, le milliardaire israélien ayant acquis frauduleusement une partie du Simandou et qui en a été dépossédé de manière légale par le Gouvernement guinéen, de financer le plan de déstabilisation préparé par Cellou Dalein Diallo. C’est ainsi qu’il a organisé lors de son passage aux Etats-Unis une collecte de fonds pour brouiller cette piste afin de donner l’impression que le mouvement est financé par ses militants.

En fait, il ne faut pas ignorer les clivages internes au sein de ce parti, forcément défavorables à Cellou Dalein Diallo et à l’UFDG toute entière. L’UFDG n’a jamais été aussi faible et divisé en divers clans qui se battent pour le contrôle du Parti. La seule chance pour Cellou Dalein de rester le maître absolu du Parti, c’est de trouver une contradiction capable de créer un espoir ou une peur qui unirait l’ensemble des militants autour de sa personne. Il semble avoir choisi la peur et la terreur comme armes pour taire les contradictions internes au sien du Parti. Comment ? Des informations concordantes font état de la présence d’éléments UFDG de la secte Boko Haram du Nigeria et du Cameroun, venus prêter mains fortes à l’escadron de la mort à la solde de Cellou Dalein Diallo afin de parvenir à ses fins, c’est-à-dire, semer la terreur en Guinée et parvenir au pouvoir sans être élu, puisqu’aucune chance ne reste au Parti de produire le futur Président de la république de Guinée issu des urnes. L’UFDG repose sur la communauté peuhle or, aucune communauté n’est capable à elle seule d’élire un Président en Guinée. Et les comportements de ces derniers temps ont fait peur au reste de la population. A la veille des élections législatives, les militants de l’ufdg ont terrorisé la population et a fini par donner l’impression que si jamais elle parvient au pouvoir, elle aurait recours à une gouvernance basée sur l’injustice, l’exclusion et la terreur. Cette perspective a fortement contribué à isoler davantage Cellou, le plongeant ainsi dans le désespoir d’un avenir par les urnes. Il faut donc expérimenter un plan B, qui consiste à recourir à la violence armée et au terrorisme. Mais, pour recourir à de telles pratiques, il faut se victimiser et créer les conditions d’une auto-défense pour ne pas se voir rejeté et combattu par tous, notamment par la communauté internationale dont la doctrine consiste à promouvoir la non-violence et la conquête du pouvoir par des moyens démocratiques et pacifiques.

Stratégie :

 

Comme révélé dans son discours de Chicago, Cellou Dalein Diallo aurait signé un pacte avec un clan de la basse Guinée pour créer un chaos dans le pays afin de précipiter la chute du régime Alpha Condé sans tenir compte du résultat des élections de 2015, car la défaite est inévitable si le scrutin est véritablement transparent. Ce clan opportuniste de certains ressortissants de la Basse Côte et des stratèges de l’UFDG ont travaillé à la mise en place de stratégie devant servir de socle à ce vaste complot contre l’Etat guinéen. Cette stratégie restée secrète va révéler ses grandes tendances à travers l’assassinat d’Amadou Oury Diallo, chef de la section motard de l’ufdg, suivi de la campagne de culpabilisation des responsables du Parti au pouvoir.

En effet, le 15 septembre dernier, Amadou Oury a été assassiné pendant qu’il se trouvait devant la boutique de son frère à la cimenterie.

Automatiquement, le député Soumah de la Basse Côte, ayant signé le pacte diabolique avec Cellou Dalein Diallo a mis la machine en marche en annonçant avoir reçu des menaces de mort provenant de responsables du régime en place, laissant croire que le pouvoir serait derrière le meurtre d’Amadou Oury. Dès après ces gesticulations du député dans la presse nationale, le clan de la Basse Côte ayant signé le pacte diabolique s’est réuni à Tanènè pour produire une déclaration dans laquelle il menace le pouvoir de représailles si quelque chose arrivait au député Soumah. Dans le même ordre d’idées, le mouvement halpular avait fait autant dans une déclaration laconique.  Il faut signaler qu’un journaliste a posté sur youtube, une vidéo de la réunion de Tanènè, vidéo dans laquelle on aperçoit un milicien de l’UFDG en uniforme militaire prendre la parole pour proférer des menaces et justifier la nécessité d’agir pour renverser le pouvoir d’Alpha Condé avant qu’il ne soit trop tard.

Aujourd’hui, la boucle semble bouclée : un éventuel assassinat du député Soumah suffirait pour déclencher la violence de grande envergure planifiée par Cellou Dalein Diallo pour accéder au pouvoir à tout prix. Il est donc évident, que le moment venu, l’ufdg pourrait tuer le député pour justifier le déclenchement de la guerre annoncée le 17 août 2014 à Chicago, aux USA, par Cellou Dalein Diallo, désormais chef de guerre prêt à exécuter le plan machiavélique inventé par ses stratèges pour accéder au pouvoir, une fois pour toute. Il faut signaler que dans deux articles incendiaires intitulés respectivement « la nécessité d’une guerre civile en Guinée » et « pourquoi un régime malinké ne peut rien apporter à la Guinée », des idéologues de l’ufdg s’évertuent à convaincre l’opinion nationale de la nécessité de recourir à la violence armée en Guinée, comme s’il fallait préparer les opinions à ce dont Cellou Dalein Diallo menaçait le peuple de Guinée lors de son fameux discours de Chicago.

Menace imminente ?

La famille d’Amadou Oury a demandé à ce que le corps de la victime lui soit remis pour être inhumé dans l’intimité familiale, ce que l’ufdg a catégoriquement rejeté, pour expérimenter le plan A de son complot. En effet, l’inhumation prévue pour ce vendredi 26 septembre 2014, devait être le déclencheur d’une première série de violences expérimentales devant permettre de favoriser un renversement du régime Condé par des militaires préparés pour la circonstance. Mais le plan conçu ayant été dévoilé très tôt par la presse, il faut tirer les leçons afin de passer au plan B sans risque d’échec. De toute façon, l’objectif est clair et précis : renverser Alpha Condé et favoriser une nouvelle transition militaire devant déboucher sur la prise du pouvoir de Cellou Dalein Diallo par tous les moyens, y compris la fraude à grande échelle par le gouvernement militaire de transition. Cela les vrais démocrates et les patriotes sincères ne le permettront pas.

Ousmane Tanou Tall

Catégories:Politique