Coopération Russie-Afrique : Les chefs d'Etat africains vendent la Zlecaf à Sotchi

www.guinee24.com - - Économie

 

En marge du marge du sommet Russie Afrique, suivi du forum économique, prévu du 23 au 24 octobre à Sotchi en Russie, les chefs d'Etat africain mettront certainement en exergue la Zone de libre échange continental africain (ZLECAF).

Ce ballon d'essai, qui devrait concrètement porter la part du commerce intra-africain, d'environ 16% à 22% actuellement, sera sur la table des discussions. D'autant plus qu'une exposition est prévue pour présenter les avancées et le potentiel dans les domaines économiques, scientifiques, écologiques et culturels.

La session plénière du forum focalisée sur le thème « Russie-Afrique : faire valoir le potentiel de coopération », permettra aux Chefs d'Etat de démontrer certainement que le continent est sur une nouvelle trajectoire, eu égard à l'agenda 2063, qui envisage également porter le total des échanges intra-africains à environ 250 milliards de dollars, contre 160 milliards environ précédemment.

En effet, face à un marché qui pèse désormais 1,2 milliard d'habitants, l'Afrique compte faire parler d'elle dans un nouvel ordre commercial, émaillé parfois de tensions entre les deux géants (Etats Unis- Chine). Pour ce faire, elle s'est engagée à renforcer le commerce intra-africain, qui a d'ailleurs progressé en 2017 de 5,6% par rapport à l'année précédente.  Pour cette avancée, le continent a récolté un chiffre de 128,25 milliards de dollars, comme l'atteste également le rapport sur le commerce africain, publié le 11 juillet 2019 à Abuja, à l'ouverture des assemblées générales annuelles de la banque africaine d'import-export (Afreximbank).

Compte tenu de l'attractivité de l'environnement des affaires constatée dans plusieurs pays africains et la confiance qui  s'installe progressivement entre la Russie et l'Afrique, le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine ambitionne un nouveau partenariat, à travers ce haut sommet et le forum économique Afrique-Russie, résumé en trois points : la consolidation des relations économiques, la mise en place des projets conjoints, la collaboration dans les domaines humanitaires et sociaux.

 

A en croire les autorités russes, les pays africains sont aujourd'hui confrontés à des défis majeurs qui freinent leur développement : croissance démographique rapide, crise énergétique, infrastructures de transport, faible niveau d'éducation et insécurité alimentaire. « Il est clair que pour résoudre ces problèmes, un programme de développement à grande échelle est nécessaire, y compris une stratégie basée sur la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies. Les technologies nucléaires peuvent devenir un moteur de développement socio-économique et une solution globale aux problèmes systémiques Sotchi en Russie l'échelle du continent », expliquent-elles.

Avec Lebanco.net

Catégories:Économie