Environnement : Impact environnemental et social du projet de recherche de bauxite de Mamou et Tougué soumis à une évaluation

www.guinee24.com - - Politique

 

Durant deux jours, les membres du bureau d’Etude et Environnementale (BGIE), les membres du comité technique d’analyse environnementale (CTAE) et autres spécialistes de l’environnement se sont réunis à Conakry du 27 au 28 juillet 2015, pour discuter, passer au peigne fin des notices d’impact environnemental et social des projets de recherche de Bauxite de la société minière d’alumine (SOMALU) de droit guinéen dans la préfecture de Mamou plus précisément à Soyah, Dounet et Kegneko et de Tougué Bauxite and Alumina corporation (TOUBAL) dans la préfecture de Tougué plus précisément dans les sous- préfectures ou communes rurales de Kollet, Kouratongo, Kansangui et une partie de la commune urbaine de Tougué dont le projet est en phase d’essai.

Pendant la période de la visite de terrain qui a duré trois mois,  le consultant a effectué des séances de consultation publique dans la zone d’influence du projet. D’après l’analyse des impacts du projet, les activités de construction des pistes d’accès et le décapage des terres pour le layonnage dans l’emprise du permis aura un impact mineur sur la qualité de l’air, des eaux de surface et souterraine.

D’après le (BGEI), globalement l’impact sur le milieu physique est estimé négatif, mineur, certain et réversible.

Dans le domaine du milieu humain, notamment dans la préfecture de Mamou par la société, (SOMALU) les études menées par le Bureau Guinéen d’Etudes et d’Ingénierie Environnementale (BGIE)  indiquent que les bruits des machines seront ressentis pendant toute la durée de construction des pistes d’accès et le décapage  de terres pour des fins de layonnage mais à une échelle faible. Les revenus des populations de la zone connaitront une amélioration. Les populations pourront bénéficier d’appuis dans la construction des infrastructures. Le commerce et le trafic routier connaitront un essor dans les villages riverains.

Comme on le sait, les opérations minières ont invariablement des impacts environnementaux et sociaux dont certains positifs, d’autres négatifs. C’est dans ce sens que le Bureau Guinéen d’Etudes et d’Ingénierie Environnementale (BGIE) a effectué un travail de terrain durant quelques mois avant de passer à la phase d’exploitation prévue prochainement par la Société TOUBAL dans la préfecture de Tougué.

Ici aussi, les études menées ont indiqué que la destruction et la pollution du sol seront faibles, les émissions atmosphériques affecteront la qualité de l’air de la zone d’étude local, le besoin d’emploi sera fortement exprimé par les populations riveraines  de la zone du projet, plusieurs mesures seront proposées et utilisées pour minimiser les différentes impacts, au  niveau des sols dégradés, la mise en terril du stérile résultant du décapage et de l’excavation  des sols sera utilisé pour adoucir et protéger les surfaces contre l’érosion.

Et dans la même lancée, Michel POTHIER, Directeur général SOMALU et TOUBAL interrogé par la rédaction de GUINEE24 déclare : « Je tiens vraiment  à vous assurer que nous mettrons tout en œuvre, les solutions les plus innovantes à la réalisation des objectifs environnementaux lors des phases de recherche, d’exploration ensuite de gisement de bauxites en tenant compte de l’administration nationale, les normes internationales et les aspirations communautaires. En étant plus près des populations locales pour connaitre leurs préoccupations. Il est évident qu’un projet minier ne peut pas se concevoir et se développer sans avoir à priori, fait ce travail environnemental pour prévoir les problèmes à venir liés aux questions environnementales et sociales. Nous essayerons de relever les contraintes et grâce à vos remarques, nous allons pouvoir mettre en place, un plan de gestion environnemental qui sera gagnant pour toutes les parties. Les populations trouveront du travail. »

Fassouma Camara, ingénieur des mines, environnementaliste, directeur du bureau d’étude guinéen de l’ingénieur et de l’environnement, réalisateur des deux notices.  «Nous avons réalisé cette étude conformément à la réglementation en vigueur  et aux préoccupations des bailleurs de fonds. Vous le savez, les dispositions du code de l’environnement, du code minier stipulent à chaque phase de l’opération minière correspond une étude. Donc à la phase de recherche c’est la notice d’impact environnementale ».

Aux termes des différentes campagnes menées par le BGIE à Mamou et Tougué, les populations ont exprimé leur préoccupations et attentes face à ces projets miniers qui se résume en des points entre autres la création d’infrastructures, la priorité d’emploi aux fils du terroir à compétence égale et aussi l’indemnisation éventuelle des personnes devant perdre leurs biens.

Fassama Kourouma, ingénieur des mines et coordinateur général des projets miniers au ministère des mines et de la géologie, Président du comité technique d’analyse environnemental et son équipe ont apporté des différentes observations  sur ces deux sociétés qui sont en phase de recherche. « C’est un regard de satisfaction  que je porte sur les deux notices à savoir Mamou et Tougué par le sérieux que le consultant a eu à faire sur le terrain auprès des populations locales et aussi à travers les documentations parce qu’en fait l’objectif ici c’est quoi, conformément aux dispositions du code minier qui dit que la recherche minière, les projets miniers doivent présenter une notice d’impact environnemental en vue de préparer la société à la future étude d’impact environnemental. Le CTAE dont je dirige aujourd’hui a eu à faire des observations, à donner les conseils au bureau pour qu’ils essayent de faire en sorte qu’il y ait moins d’impact environnemental sur l’activité », a expliqué Fassama Kourouma.

Pour lui « les deux notices ont été validées parce qu’elles prennent en compte nos différentes observations et à ce niveau le rapport final sera accepté sous réserve du respect des différentes observations qui leur ont été faites respectivement.

Avec des ressources de Bauxite parmi les plus importantes de Guinée (2 BT), TOUBAL et SOMALU envisagent de rentrer en production dès l’achèvement de la construction de la voie ferrée du corridor central et du futur port minéralier de Conakry.

Balla Yombouno, guinee24.com, Conakry

Tél : 6647453654

Catégories:Politique