Idriss Déby Itno : « Parfois la longévité au pouvoir est une bonne chose »

www.guinee24.com - - Politique

 

G5 Sahel, crise libyenne, Boko Haram… Au pouvoir depuis près de trois décennies, le président tchadien ne lâche rien. Et n’hésite pas à pointer du doigt les promesses non tenues de la communauté internationale.

À 67 ans, Idriss Déby Itno (IDI) a vécu plus de vies qu’une main compte de doigts. Il fut tour à tour pilote d’avion, rebelle, condottiere de méharées mécanisées, écrabouilleur des légions de Kadhafi, rebelle à nouveau, chef d’État enfin – depuis près de trois décennies. Il a connu cinq présidents français, de Mitterrand à Macron, résisté à une demi-douzaine de tentatives de renversement, qui échouèrent souvent aux portes de son palais, et lancé son armée – la meilleure de la région – sur des théâtres d’opérations parfois improbables mais aujourd’hui nécessaires?: au Sahel, le Tchad est le maillon fort de la fragile chaîne sécuritaire face au péril jihadiste.

Pendant la période euphorique du pétrole cher, quand le taux de croissance flirtait avec les 20 % et que le PIB était treize fois supérieur à celui de 1990, IDI a beaucoup œuvré, transformant le visage de N’Djamena et luttant efficacement contre la pauvreté. Mais la chute brutale des cours du brut a plombé cet élan, entraînant le Tchad dans un cycle douloureux de restrictions rendues obligatoires par les potions amères du FMI. Privé de sa zone de confort, mais contraint de maintenir un niveau élevé de dépenses sécuritaires, Idriss Déby Itno doit gérer une contestation politique et sociale que la perspective de la prochaine présidentielle en 2021 ne pourra qu’alimenter.

Avec J.A

Catégories:Politique