Libre opinion – Et si le Dr Mohamed Diané était le « Thabo Mbeki » de la Guinée ?

www.guinee24.com - - Politique

 

Les guinéennes et les guinéens se rappellent encore que, le président de la République, le Pr Alpha Condé avait dit : « … Je suis le Mandela de la Guinée ». Depuis cette déclaration bien des choses ont évolué dans notre pays, tant sur le plan politique qu’administratif en passant par ceux économique et social.



Mon analyse dans cette première partie va camper deux plans : politique et administratif, pour dire que, si le Pr Alpha Condé est réellement le Mandela de la Guinée, au regard des derniers évènements vécus dans le pays, le très effacé sobre mais efficace et fidèle compagnon du locataire de Sékoutouréya, le ministre conseiller chargé des Affaires présidentielles, ministre d’Etat à la Défense, le Dr Mohamed Diané, ne serait-il pas le « Thabo Mbeki » de la Guinée ? C’est-à-dire, celui qui succèdera, le Pr Alpha Condé ?

Politiquement, nous avons assisté au phagocytage de l’opposition : depuis l’instauration par la loi du poste de chef de file de l’opposition, avec des avantages dus à cette position (même si les choses n’ont pas suivi leur cour normal) jusqu’à la création du poste de Haut représentant du président de la République en passant par une vague de nominations d’anciens alliés et piliers de cette opposition à des postes stratégiques (ministères, banque centrale, …). A cela s’ajoutent, le glissement du mandat de l’Assemblée nationale et la vague grandissante de manifestations en faveur d’une nouvelle constitution.

A propos de la nouvelle constitution, pratiquement, les ténors de cette activité n’ont cesse d’avouer que pour le parti au pouvoir, le RPG arc-en-ciel, « il est question d’une nouvelle constitution et non d’un troisième mandat en Guinée, …». Cela laisse-t-il entendre que le Pr Alpha Condé veut seulement doter la République de Guinée d’une nouvelle constitution avant de prendre congé de Sékoutouréya ?

Administrativement, c’est l’évolution du Dr Diané dans l’administration qui laisse aussi entrevoir en filigrane, cette possibilité de la succession du Pr Alpha Condé par lui.

Pour rappel, le Dr Mohamed Diané, compagnon fidèle parmi les plus fidèles du président Alpha Condé a d’abord été, après le parti RPG, Directeur de cabinet à la présidence de la République avant d’être éloigné de Sékhoutouréya avec le poste de ministre délégué à Défense. Au fil du temps, ce cadre dont bon nombre de guinéens jugent être « compétent et loyal » a été nommé, ministre d’Etat à la Défense avant de se voir confier aussi, le poste de ministre-conseiller à la présidence, chargé des Affaires Présidentielles. En quelque sorte, le « vice président de la République ».

Pour revenir aux récents faits vécus par les guinéens, il faut noter en gras, la récente cérémonie de célébration en différé de la date du retour du Pr Alpha Condé en Guinée, dans la capitale de la savane guinéenne, Kankan. C’est un Dr Diané qui, d’habitude n’aime pas trop apparaître, a été vu, pour une première fois, sauf erreur de ma part, sur le toit d’un véhicule et à Kankan, fief du RPG. Des pratiques qui ne sont généralement faites que par des leaders politiques qui ont de plus en plus besoin de mobiliser des militants et sympathisants. Que dire aussi, de sa présence remarquable dans certaines sorties du président comme le cas récemment au Libéria ?
Peut être que je me trompe, mais bon nombre d’observateurs sont parvenus à faire remarquer que, cette sortie du ministre conseiller chargé des Affaires Présidentielles est un essai ; ce qui ne serait pas un simple fruit du hasard. D’où, la démarche du parti au pouvoir aspirant à une nouvelle constitution, ne s’inscrit-elle pas dans cette optique ? C’est-à dire, faire de cet homme de foi, de nature timide, véritable disciple de notre Mandela (Pr Alpha Condé), le « Thabo Mbeki » de la Guinée ? ». Seule l’histoire tranchera !

Pour ma part, comme le dit un adage du pays Kissi « i koundou sassa toum, kè i dimilé à sössa kala a foula lé! », autrement dit, « j’ai touché le fonds du poulailler mais je n’ai pas dit aux poules d’en sortir ».

Jean Pierre Dekossa

Catégories:Politique