Lu pour vous / Élections locales en Guinée : pourquoi le RPG peine encore à contrôler Conakry

www.guinee24.com - - Politique

 

L’installation des exécutifs communaux à Conakry devait prendre fin le 15 décembre. Mais Matoto, fief traditionnel du parti au pouvoir, remporté de justesse par l’opposition, est au cœur d’une contestation qui traduit les difficultés pour le RPG à s’imposer dans la capitale.

Dix mois après les élections communales du 4 février 2018, la Guinée continue d’installer ses élus sur fond de contestations. À Conakry, l’élection des maires devaient prendre fin le samedi 15 décembre par le vote dans les conseils communaux des deux plus grandes communes de la capitale : Ratoma, fief traditionnel de l’opposition, et Matoto, acquis à la mouvance présidentielle.

Processus interrompu à Matoto

À Ratoma, le maire sortant, Souleymane Taran Diallo, de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG, de Cellou Dalein Diallo) a été reconduit sans encombre par 30 voix sur 45.

À Matoto, Kalémodou Yansané, candidat de l’UFDG, l’a remporté d’une très courte tête face à Mamadouba Toss Camara, candidat du RPG Arc-en-ciel (au pouvoir), par 23 voix contre 22 voix. Mais le processus a été interrompu, suite à l’intervention de Moussa Keïta, administrateur du marché de Tannerie situé à un jet de pierre de la mairie et militant du RPG, visiblement mécontent du résultat. Et dans la foulée, chaque candidat a revendiqué la victoire.

Avec J.A

Catégories:Politique