Matoto : « On ne peut pas faire près d’un an à la tête d’une commune comme Matoto et ne pas poser des actes », déclare le Maire, Mamadouba Toss Camara

www.guinee24.com - - Économie

 

Dans un entretien accordé à notre reporter, cette semaine, le Maire de la commune de Matoto, Mamadouba Toss Camara a déclaré: « On ne peut pas faire près d’un an à la tête d’une commune comme Matoto et ne pas poser des actes,… ».

 

A ce titre, il indiquera que sous son leadership, le conseil communal a déjà réalisé cinq (5) forages, pour l’approvisionnement en eau potable des populations des quartiers de Dabondy 2 et Dabondy 3.

En vue de renflouer les caisses de la commune, le contrat de gestion des taxes de marchés passé avec un particulier avec le précédent conseil, a été résilié car la mairie ne recevait que 40 millions GNF par mois. Et, depuis que la gestion est revenue dans le portefeuille de la commune, ce sont, plus de 140 millions GNF qui sont encaissés par mois, s’enchante M. Camara.

Présentement, c’est le Plan de développement local (PDL) qui est en élaboration ; un plan qui prend en compte l’ensemble des préoccupations des 34 quartiers de la commune.

Pour freiner la mortalité infantile dans le quartier Lansanaya, réputé être la zone où le taux est le plus élevé, le conseil communal a décidé d’y faire  construire, un centre de santé dont la cérémonie de pose de la première pierre aura lieu, les jours à venir, signale le Maire.

Aussi, ajoute-t-il, avec la collaboration d’Afriland Bank, le conseil communal est entrain de mettre en place une mutuelle communautaire de croissance (MC2) en faveur des jeunes et des femmes de la commune ; une manière de faire profiter ces couches des promesses du président de la République, le Pr Alpha Condé.

Sur le plan de la sécurité, poursuit, M. Camara, la mairie a renforcé la collaboration de la police de proximité mise en place par l’ONG COGINTA avec tous les élus locaux ainsi qu’avec les citoyens.

C’est dans cette optique que les jeunes désœuvrés ont été davantage sensibilisés afin qu’ils s’engagent dans des activités génératrices de revenus. L’un des résultats de cette sensibilisation organisée par le conseil communal, est le comportement citoyen observé par les jeunes lors de la manifestation du 14 octobre dernier, à la demande du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), s’est réjoui le Maire.

L’un des combats que le conseil communal a engagé, au lendemain de son entrée en fonction a été la lutte contre les faussaires des documents d’état civil (extraits de naissance, casiers judiciaires, transcription du jugement supplétif, etc.).

Ce combat résulte du fait que la mairie était devenue un lieu où n’importe qui pouvait se faire des dossiers d’état civil, sans aucun contrôle. La preuve, précise Mamadouba Toss Camara, est que, lors de la récente présélection des candidats au recrutement pour la gendarmerie nationale, la commune à elle seule, comptait 21 000 postulants. Malheureusement, parmi ces 21 000 candidats, on y retrouvait même des charretiers qui avaient de faux dossiers.

Cette bataille a permis au conseil communal de donner la valeur aux documents d’état civil ainsi qu’une bonne image, s’est félicité le Maire.

Enfin, Mamadouba Toss Camara révèlera que, « la commune a acheté des registres qui seront mis à la disposition de ses quartiers pour la tenue régulière des réunions hebdomadaires. C’est donc un document qui va servir de procès verbal (PV) de chacune des réunions des quartiers, leur permettant de remonter leurs rapports à la hiérarchie que nous sommes, ... ».

Entretien réalisé par JP Ouendéno

Catégories:Économie