Urgent : Le Président Blaise Compaoré annonce sa démission de la présidence du Burkina Faso: "La présidence est désormais vacante"

www.guinee24.com - - Politique

 

A noter que bien avant la démission annoncée du Président Blaise Compaoré, les responsables occidentaux lui ont demandé implicitement de quitter le pouvoir. Ainsi, pour l’union européenne : « Il revient au peuple burkinabé de décider de son avenir ». Dans le même ordre d’idée, le Président français, François Hollande se dit certain que Blaise Compaoré « prendra la bonne décision » pour parvenir à l'apaisement.

Ouagadougou. Vendredi 31 octobre. C’est une journée décisive. Elle semble plus déterminante que la journée d’hier. Les forces vives du Faso rejettent en bloc les offres du Président Blaise Compaoré de conduire la transition de 12 mois. Les leaders politiques ne s’accordent pas non plus sur l’idée de confier la transition aux officiers jugés très proches de l’actuel Chef de l’Etat. Des dizaines de milliers de manifestants sont mobilisés depuis ce matin devant l’état major général des armées et à la place de la nation où, on note la présence des Chefs de partis parmi lesquels Roch Marc Kaboré.

Pour lui : « le Burkina n’est plus géré » et la transition doit être décidée entre les politiques et la société civile « après la démission du président Compaoré ».

A noter que l’armée vient de faire une nouvelle déclaration selon laquelle : « Le général Traoré, l’actuel chef d’état-major, s’engage à accompagner le processus de transition démocratique » espéré par les partis d’opposition et par la société civile. L’armée s’associe donc aux manifestants pour garantir cette transition qui devrait conduire à de nouvelles élections très prochainement. Une annonce accueillie par une exclamation devant le siège de l’état-major.

Partira ne partira pas ? Rien n’est moins sûr !

En tout cas, à l’allure où, la situation évolue au Burkina Faso, tout semble montrer que la marche arrière des manifestants et de l’opposition pour le départ de Blaise Compaoré est difficile à envisager.

Nous y reviendrons…

Balla Yombouno, guinee24.com

Catégories:Politique