Sécurité Routière : Une ONG en parle

www.guinee24.com - - Politique

 

Ce mardi 29 mars 2016 a eu lieu à la Blue zone de Kaloum le lancement officiel des activités de l’observatoire guinéen de la sécurité routière et de la mobilité urbaine sous le thème « la sécurité routière, c’est l’affaire de tous, adoptons un comportement citoyen ». Objectif : contribuer à la réduction de la mortalité sur la route et promouvoir une mobilité sur pour tous les usagers.

Les objectifs spécifiques visés consistent à collecter les statiques sur les accidents de la route et à rédiger des rapports séquentiels comportant d’un côté des chiffres de la sécurité routière et de l’autre, des recommandations mais aussi réaliser des études d’accidentologie permettant d’une part de comprendre les causes réelles des accidents et d’autre part, d’évaluer et comparer les risques d’accidents pour chaque usager, et ensuite de mener des campagnes de prévention routière par la sensibilisation et l’éducation.

Selon  Mamoudou Keita, Président de cette ONG, en Guinée 2288 personnes sont tuées suite aux accidents de la route en 4 ans entre 2012-2015 et la route de Boké est la plus meurtrière. 43 personnes ont trouvé la mort depuis le début de 2016, ce qui équivaut à plus d’un Guinéen tué par jour suite aux accidents de la route.

Et sur le plan international, 1,3 millions de personnes meurent chaque année dans le monde suite aux accidents de la route, 20 à 50 millions autres en sortent blessés dont certains sont handicapés à vie.

Face à cette situation l’observatoire guinéen de la sécurité routière et de la mobilité urbaine compte mettre en place des actions à court et moyen termes qui consistent à réaliser une enquête de situation, déployer sur le terrain des points focaux ou observatoires  citoyens, mener une caravane nationale de sensibilisation dénommée «  quinzaine de prévention routière ».

Par  ailleurs, trois principales stratégies sont mises en œuvre par l’ONG, à savoir, l’approche globale et participative qui permet de prendre en compte toutes les dimensions du phénomène et d’impliquer tous les acteurs, une forte mobilisation de la population facilitera le passage et l’assimilation des messages et une réelle volonté des pouvoirs publics aboutira à la prise en compte des plaidoyers et recommandations.

Mohamed Camara, correspondant de guinee24.com

Catégories:Politique